Vertus de la réflexologie plantaire

Tout est dans le pied

Un réflexe est une réaction involontaire, déclenchée par le système nerveux, en réponse à un stimules perçu dans l’environnement interne ou externe. Et dans le pied, comme dans la main, l’oreille, le visage, ou même l’iris, nous pouvons retrouver le corps cartographié. En stimulant ces zones, nous pouvons ainsi dépister, stimuler, traiter les organes grâce au système nerveux qui envoie des informations ciblées par voies réflexes.

La réflexologie plantaire n’est donc pas un massage des pieds!! 

IMG-4392-1-1.jpg

Processus biologique d’auto-guérison.

Le but est bien de retrouver l’équilibre, l’homéostasie, en traitant le terrain. D’un point de vue strictement scientifique, on ne connaît pas vraiment l’existence de liens nerveux ou circulatoires entre les zones réflexes et les organes, mais c’est une approche empirique prouvée par des résultats incontestables, un peu comme l’homéopathie. A l’origine, il y a l’embryon. La peau et le cerveau ont la même origine embryologique, c’est à dire le même tissu. Au cours des deux premières semaines après la fécondation, le foetus se présente comme un disque plat formé de 3 couches cellulaires distinctes, l’endoderme, qui donne naissance aux viscères, le mésoderme, qui donne naissance aux os et aux muscles, et l’ectoderme qui donne naissance au système nerveux et à la peau. Les liens invisibles perdurent alors et on retrouve tous les systèmes reflétés dans les pieds, les mains, les oreilles, l’iris… Ces reflets sont nos zones réflexes, que nous stimulerons pour qu’elles stimulent à leur tour l’organe associé.  Les systèmes respiratoires, digestifs, urinaires, génitaux, nerveux, sensoriels, articulaires, hormonaux et lymphatiques sont traités via ces zones réflexes.

D’un point de vue historique, on retrouve cette notion de réflexe en Egypte (2330 av. J.C.), mais aussi en Inde, en Chine, au Japon, en Amérique avec les Indiens Cherokee, et en Europe depuis le XIXe siècle.

Le pied harmonise l’organisme et le stimule par ses mouvements et les pressions du thérapeute renforcent encore cette stimulation.

Pourquoi choisir la réflexologie?

  • Option thérapeutique naturelle et non médicamenteuse.
  • Accélère le rétablissement post-traumatique.
  • Calme la douleur.
  • Option préventive pour rester en forme.
  • Libère les endorphines et favorise la détente.

Y a-t-il des risques?

Il s’agit d’une thérapie extrêmement sûre. Mais une réaction générale peut aussi se manifester suite aux accu-pressions (sensation analogue à l’état grippal, fatigue…) car l’organisme essaye d’éliminer les toxines accumulées. Cela disparaît très vite.

A qui s’adresse-t-elle?

  • Les bébés: trouble du sommeil, problèmes digestifs, coliques…
  • Les enfants: tout type de troubles (sommeil, hyper activité, peurs…)
  • Les personnes âgées: accompagner le vieillissement et stimuler les organes en faiblesses.
  • Les personnes stressées: retrouver le calme en travaillant sur le système nerveux et les glandes surrénales.
  • Les femmes enceintes: déclencher et accompagner le travail, calmer les nausées…
  • Au travail pour accompagner les personnes fatiguées nerveusement.
  • Les personnes présentant des troubles psychiques.

La réflexologie s’adresse vraiment à tout le monde. Elle est tout à fait complémentaire aux soins allopathiques et on la retrouve dans certains hôpitaux et structures médicalisées (accouchements, soins post-opératoires, soins complémentaires aux malades, soins palliatifs).

Combien de séances sont nécessaires?

Les premiers résultats apparaissent en général après deux ou trois séances. Plus une pathologie est ancienne, plus l’amélioration met du temps à se manifester. Il est donc dommage de se limiter à une seule séance.

 

L’automne: saison de transition

Transition de saisons en douceur… L’été passe la main à l’automne sans trop nous brusquer, mais que se passe-t-il vraiment? Et comment gérer ce passage sans prendre un coup de bambou aux premiers froids? Car si la transition est douce , elle peut aussi être sèche et radicale. Alors voici quelques réflexions naturopathiques pour vous informer, car cela reste pour moi primordial que chacun soit conscient et comprenne les petits ou grands chamboulements de notre météo interne.

En médecine chinoise (je sais, nous ne sommes pas en Chine, mais ça marche aussi chez nous), l’automne est la saison de l’élément Métal et symbolise la rencontre de l’énergie du ciel avec celle de la terre. Après l’été et son élément Terre, nous allons en octobre, essayer de joindre le haut et le bas, avant de s’enfoncer dans la terre en hiver pour hiberner… Tout est question d’énergie. En ce moment, les journées sont plus courtes, le soleil nous effleure sans nous brûler, et c’est le moment de respirer. Les poumons et le côlon sont les organes à la Une de l’automne. Mais aussi le nez et la peau (qui respire, n’oublions pas).

Au niveau émotionnel, on peut se sentir partagé, entre confiance, droiture, courage, et tristesse, dépression, et hésitation. C’est la rentrée scolaire, universitaire avec un nouvel environnement, de nouvelles personnes, des différences et des répétitions. La désinvolture de l’été et son côté centrifuge ne seront plus d’actualité en automne, mais ceci dit, ne tombons pas dans les extrêmes… C’est justement la saison de la transition, donc, allons-y tranquillement. On garde la bonne humeur de l’été et toute la vitamine D accumulée pour mieux traverser la suite.

Bien vivre l’automne//

Cette saison nous demande de ralentir, de préparer l’hiver et de commencer à vivre à l’intérieur. Retour au calme d’un côté, mais excitations et mouvements de la rentrée, récoltes, vendanges, bilans, départs… Tout d’abord, s’organiser sans vouloir tout maîtriser. C’est pas mal d’avoir envie de gérer son quotidien, tout en se laissant surprendre et en acceptant les inattendus. L’objectif est d’éviter de se laisser déstabiliser. L’objectif est de préparer le terrain pour l’hiver, saison pendant laquelle on se ressource, on refait le plein, on met de côté nos glands comme le fait l’écureuil. Pour cela, il faut nettoyer la place, et donc, rien de mieux que de commencer par une cure dépurative pour entraîner vers l’extérieur toxines et déchets accumulés. On peut aussi envisager une hydrothérapie du côlon.

Et puis on va commencer à réchauffer le foyer, tout d’abord en privilégiant une alimentation chaude et épicée. On se fait plaisir avec des tisanes, des thés. Et on ventile toutes les pièces, c’est à dire qu’on respire! Tous les exercices de respiration (yoga, cohérence cardiaque…), puisque le Poumon demande qu’on s’occupe de lui. Toujours en médecine chinoise, la tristesse (qui est le sentiment lié à l’automne) assèche et fatigue le Poumon. Donc, cultivez la joie tranquille! La réflexologie plantaire, et tous les soins énergétiques seront de super outils pour renforcer Poumons et Côlon. Les fleurs de Bach seront également très utiles.

Pensons aussi à dormir! Le sommeil répare et il est important de s’écouter. Se coucher plus tôt, faire des siestes si votre emploi du temps vous le permet. En effet, les glandes surrénales ont besoin de se recharger et pour cela, cultivons la zenitude! Notre système immunitaire nous le rendra mais on peut aussi l’aider grâce à la phyto, et je pense  par exemple à l’astragale, mais en fonction de chacun, la plante peut varier. Les huiles essentielles comme l’épinette noire peuvent nous aider à cette transition, mais aussi celles réconfortantes comme Petit Grain bigaradier…

Au niveau alimentation, toutes les graines et aliments de saison comme les noix, les amandes, les noisettes, les châtaignes, les racines, les champignons…

Pour les activités, retour vers soi avec un bon livre, des sorties ciné, de la marche. Et si on se prépare bien, on verra que ce n’est pas si triste l’automne, on sera réchauffé et prêt à accueillir l’hiver! Evidemment, la visite chez un naturopathe sera un bon coup de pouce pour mettre tout cela en place! 🙂

 

Soins énergétiques

Corps, esprit, énergie!

Les champs énergétiques nous entourent et nous sommes nous-mêmes constitués de corps énergétiques. Ce sont comme des enveloppes, qui dans le meilleur des cas, sont « alignées » et nous protègent tout en diffusant notre « aura ». Quand vous vous sentez « déphasés », ou « à côté de vos pompes », c’est que vos corps énergétiques sont dispersés et que par conséquent, vous êtes un peu à côté de la plaque!

Comme de l’eau.

Tout est énergie autour de nous, et nous sommes tous capables de capter ces « fluides » énergétiques pour nous en servir. Mais il arrive parfois que ces champs magnétiques soient bloqués, et « usés ». Il est alors temps de vidanger la machine pour refaire circuler ces énergies et se nettoyer. On retrouve d’ailleurs ce concept dans la médecine traditionnelle chinoise, le Qi qong, ou l’Ayurveda.

Quels sont les effets de ces énergies bloquées?

Cela peut se traduire par des blocages physiologiques: des crampes, des douleurs dorsales, des maux de tête… Mais aussi par des blocages émotionnels, des difficultés à évoluer, à résoudre des problématiques relationnelles… Le burn-out, dépressions, sensations de mal-être peuvent être fortement évités grâce à un ré-alignement énergétique et à une meilleure circulation des énergies. Ce n’est pas de la magie, juste l’électricité qui circule en nous. Nous ne sommes heureusement pas qu’un simple amas de matière!

La solution!

Les soins énergétiques vous permettront, en une trentaine de minutes, de rétablir ces dissonances intérieures, et de repartir du bon pied. Personnellement, j’aime associer un soin à une réflexologie plantaire ou un massage pour les optimiser; car la personne sera d’autant plus réceptive suite à ce nettoyage énergétique.  Parce que nous ne sommes pas qu’un genou douloureux, un ventre détraqué, ou une personne incapable de gérer ses émotions, et parce que nous sommes un tout, c’est dans cette perspective holistique que je reçois mes consultants afin de leur apporter des solutions tenant compte de la globalité de leur personne. Et c’est fascinant! 🙂

Le grain de peau

    Nous n’en sommes pas encore à nous dénuder malgré la saison qui devrait être chaude… mais nous sommes quand même aux prémisses du short, débardeur et orteils en éventail, et donc de la peau, prête à se découvrir sur le grain de sable.
     La peau nous permet d’éliminer les toxines et déchets acides de l’organisme, avec bien-sûr, les reins. Une sorte de déchetterie, qui travaille en harmonie avec les autres émonctoires – centres de tri, recyclage et épuration des déchets accumulés dans notre corps – que sont les intestins, les poumons, et donc les reins (mais aussi le foie, indirectement). Que se passe-t-il quand un des centres de tri est surchargé? Et bien il délègue aux autres et si tous les émonctoires sont saturés, ça pullule, ça gratte, ça rougit, ça fait des plaques, des spots à éclater… Bref, pas l’idéal en été.
     Alors pour éviter tout ça, pas vraiment nécessaire de cacher la misère avec crème, fond de teint et autres astuces, non. Mieux vaut prendre le problème à la racine et se nettoyer de l’intérieur, en prenant soin des intestins par exemple, et en donnant à manger à nos amies bactéries intestinales, de bonnes choses, qui permettront de réguler ce microcosme pour éviter la révolution bactérienne, calmer le candida albicans et rassurer tout le monde. Attention au lait et au gluten! Non, ce n’est pas qu’une mode de manger sans gluten et d’éviter le lait de vache. Il y a de vraies raisons physiologiques à ça.
    Et n’oublions pas le foie, notre usine interne qui est sans cesse en activité et qui parfois, a besoin d’une bonne détox et drainage.
La plante de la peau est la bardane qui va aider le foie et les reins à éliminer les surcharges tout en apaisant la peau, par ses qualités antiseptiques.
     Conclusion: si vos émonctoires sont un peu englués, ce n’est pas plus mal que le printemps soit bof bof! Encore un peu de temps pour s’occuper d’eux avant de se dénuder! Quoi de mieux que de se faire conseiller par un naturopathe pour cela!

Bien se nourrir.

Tout commence par la Bouche! La première inspiration et le premier cri, la première bouchée et la première gorgée, le premier baiser et le premier mot… Le tout avec Amour! Presque toujours.

   On croque la vie à pleine dents, on dévore l’être désiré des yeux, on est plein d’énergie quand on a bouffé du lion. Et même après la mort, les égyptiens laissaient le défunt la bouche ouverte pour qu’il puisse respirer et manger.

    Tout commence donc et finit par la bouche. Porte d’entrée ou porte de sortie, il faut la soigner et ne pas y mettre n’importe quoi, c’est à dire qu’elle initie la transformation du non-soi en soi. Ce que l’on choisit d’y mettre, de mâcher et d’avaler sera ensuite assimilé ou pas par le corps. Mais de quoi a besoin notre corps? Peut-être pas de tout ce qu’on lui donne et il devient intéressant de savoir tout ça pour comprendre comment fonctionne notre propre corps, et la manière dont tout ce non-soi devient soi et nous transforme. Le naturopathe est là pour ça!  

     Car si l’on peut généraliser certaines choses (les produits transformés, raffinés ne feront de bien à personne), il en est autrement pour d’autres (intolérante ou non, cela dépend de la personne et de son métabolisme).

     Et on peut ajouter à cela l’air que l’on respire, les émotions que l’on ressent, et tout l’environnement dans lequel nous baignons. Concernant l’air que l’on respire, je vous conseille de respirer par le nez et non par la bouche! Je vous encourage à consulter ce site pour vous en convaincre. https://blog-fatigue-chronique.fr/12-tres-bonnes-raisons-pour-ne-plus-jamais-respirer-par-la-bouche/

S’éveiller pour se comprendre et se guérir, et ce, sur tous les plans!

Bon appétit!

Violette et Mimosa

Violette et Mimosa

Vers la fin de l’hiver, violette et mimosa rappliquent pour annoncer les prémisses d’un printemps réconfortant. Petites fleurs plutôt discrètes, elles ne passent pas inaperçues. Mais que veulent-elles dire? La petite violette est modeste, pudique et innocente. Elle pousse souvent dans des conditions difficiles et apparait dans des endroits où on ne l’attend pas, sol rocailleux et argileux où elle dit: « Je vous aime en secret ». Si on vous offre des violettes, vous saurez! Discrète mais fort odorante, elle sait aussi prendre sa place, et en fin d’hiver, annoncer les odeurs colorées du printemps. Allez, c’est bientôt fini toute cette pluie et ce froid!

Et le mimosa qui arrive aussi tranquillement accompagné de ses symboles de l’amitié, du renouveau, de la simplicité, pour nous réchauffer de son jaune tout rond. Ses petites boules douces et neuves, parfumées et chaleureuses comme des petits soleils en hiver viennent aussi annoncer que la voie du solstice d’été est là.

Et ces deux-là vont très bien ensemble, aussi libre et sauvage l’un que l’autre. La couleur violette entre couleur froide et chaude, se mélange avec le jaune, sa couleur complémentaire qui le met en valeur. Mariage pop entre les deux: Violette et Mimosa, bienvenus par là!!

Expérience sensorielle de bien-être au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse

Expérience sensorielle de bien-être au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse

    Jeudi 25 janvier, le Muséum organisait une rencontre et une expérience sensorielle au cours de ces « Jeudis du Muséum », menée par Jordy Stefan, Docteur en psychologie environnementale et Boris Jollivet, Bioacousticien (France 3, France Inter), cinéma des oreilles. Je n’ai pas pu y assister, mais l’intrépide petit reporter Pepito Courgette y était et a tout enregistré. Grâce à lui, j’ai eu envie de partager avec vous cet événement organisé par le Muséum. A l’arrivée, distribution de masques occultants pour s’isoler et écouter…

     Santé mentale et environnement sont intimement liés. Et la psychologie environnementale a effectivement mis en avant cette influence de la nature sur le corps. « Pour exemple, 10000 ans de co-évolution nous au­raient « connectés » aux chants d’oiseaux pour apaiser notre corps et nos émotions. » On peut donc imaginer l’influence de l’environnement urbain, complètement déconnecté de la nature aussi bien sur le plan visuel, olfactif, sonore que tactile. Lumière artificielle, béton, chimie, gaz, etc ne sont pas vraiment des éléments porteurs de santé et d’équilibre. C’est pour cela qu’au Japon, des « bains de forêt » (Shinrin-Yoku) sont préconisés pour retrouver cette harmonie que nous avons perdue avec la nature. Il ne s’agit pas de simples randonnées, cueillette ou activités dans la forêt mais d’un état contemplatif propice à la méditation, au ralentissement de l’activité physique et psychique. Dans la médecine chinoise, ces bains de forêt ont une vertu de prévention pour retrouver l’équilibre entre les éléments avant que la maladie s’installe. On parle de sylvothérapie dans les pays nordiques. En France, nous ne sommes pas très proches de la nature, comparé à ce qui se pratique ailleurs!

     Jordy Stefan a mis en évidence le lien existant entre le libre-arbitre et l’environnement. Dans un restaurant, une expérience a été faite: le changement de décoration a entraîné le changement de choix de plats de la part des clients. Le cerveau décode les informations de l’environnement qui a alors une incidence énorme sur le choix!

     Boris Jollivet a ensuite invité le public a se laisser entraîner, transporter en se concentrant sur des sons, ce que le bioacousticien appelle géophonie, sans expliquer à quoi correspondaient ces sons. Le cerveau va alors à la recherche du sens pour tenter d’associer ces sons à des choses connues. Les sons naturels et non trafiqués étaient alors surprenants une fois que leur origine avait été révélée (son des mouvements des glaciers, bruit des capricornes dans le bois en particulier). Difficile de dissocier les bruits d’animaux de ceux des éléments. Mais le but n’est pas de deviner mais de simplement écouter pour se retrouver dans un état méditatif, ou d’imaginer ce que l’on veut. Le retour des participants a permis aussi de mettre en évidence l’impact des sons sur le corps (les basses touchent le ventre, les aigus touchent le crâne…), mais aussi de parler des incohérences écoutées, de l’association des sons, de la bio synchronologie, c’est à dire du lien entre sons et expériences vécues. De plus, le cerveau est fainéant et veut traiter au minimum les informations et se met en pilote automatique mais un élément incohérent l’activera pour qu’il se mette à retrouver du sens.

Selon Jordy Stefan, la vue de la nature (par la fenêtre, et même sur son écran d’ordinateur) aura toujours un impact positif. Il nous donne quelques chiffres d’après des études:

  • Balade en forêt de 2h vs. balade en ville :

Hausse de 10% des NK (natural killer, Globules blancs responsables de l’immunité)  dès le premier jour et durant les 7 jours suivants . Après 30 jours, le niveau des NK supérieur au niveau de départ.

  • Marche en forêt vs. en ville durant 15 minutes

• Pression systolique plus basse en forêt • Rythme cardiaque plus bas (Moins 5 pulsions/min) • Confort psychologique plus important +4,8 • Plus apaisés +3,5 • Plus reposés +15,2 • Moins anxieux -19,4

  • Fenêtre de la chambre d’hôpital donnant sur verdure vs. bâtiment

• Temps d’hospitalisation plus bas (-0,74 jour) • Moins de soucis rapportés par les infirmières (-2,83) • Prise d’analgésiques plus basse (entre 2 et 5 jours)

  • Meilleur état de santé pour les 14-16 ans

o Présence ou non d’une grande quantité de plantes dans une salle de classe o

On observe une baisse de : • Fatigue 9% • Sensation de tête lourde 15% • Migraine 37% • Problème de concentration 16% • Irritation des yeux 30% • Sensation d’étouffement 36% • Sensation de bouche sèche 17% • Toux 4% • Rougeur (visage) 25% • Démangeaison du cuir chevelu 20% • Main sèche/irritée 21%

Il s’agit de quelques exemples ici parmi beaucoup d’autres donnés par le psychologue.

Vous pouvez retrouver les travaux de chacun sur les liens suivants:

http://www.boris-jollivet.com/

http://www.fcpn.org/campagne/nature-en-famille-infos/journees/table-ronde2-ubs

Regardez, sentez, marchez, contemplez, écoutez, caressez la nature, elle vous le rendra bien!

 

Naturopathie?

Naturopathie n.f. Ensemble de méthodes de soins faisant partie des médecines alternatives et visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels (hygiène de vie, diététique, massages, phytothérapie, etc). (Larousse)

Naturopathe adj. et N. de nature, -o- de liaison,et pathe, désignant ici le thérapeute, et non le patient : le mot est mal formé. Qui préconise le traitement par des moyens naturels (cure d’air, de soleil, application de chaleur, massages, plantes) à l’exclusion de tout médicament de synthèse. (Larousse)

Voilà les définitions que l’on trouve dans le dictionnaire. Concrètement, on s’égare souvent du chemin de la nature pour s’engager sur celui de la raison et du cérébral, guidé par des peurs, des nécessités sociales ou professionnelles. Revenir aux fondamentaux, à nos besoins vitaux pour apprendre à s’écouter et se comprendre, tel est le but de la démarche naturopathique. Le naturopathe est aussi appelé « Educateur de santé ». C’est finalement celui ou celle qui va guider son consultant, non vers une direction pré-définie  mais vers ce chemin qui sera celui du ressenti, celui qui fera du bien! Et le rythme de marche est propre à chacun.

Aujourd’hui, on parle beaucoup de lâcher-prise, de recentrage, d’équilibre des énergies et de retour dans le corps. Ce corps que l’on malmène parce qu’on ne sait plus l’écouter ni lui répondre. Pourquoi j’ai mal? J’ai des symptômes bizarres que je ne comprends pas mais que je veux surtout faire disparaitre. Et on choisit de bâillonner, de faire taire pour traiter le symptomatique, chose qui n’est pas négligeable et qui peut même être nécessaire dans certains cas, bien sûr. Ceci dit, tant que le fond du problème n’est pas réglé, il reviendra sous forme d’autres douleurs ou signes bizarres… Donc, de l’importance d’écouter son corps et ses signaux d’alarme pour lui répondre les yeux dans les yeux!

Le naturopathe fait alors le lien, comme un médiateur entre les différents niveaux de langages exprimés par le corps, la raison, le vécu, le ressenti. En gros, le but étant de faire la paix pour se sentir en harmonie tant à l’intérieur qu’à l’extérieur!

Le job du naturopathe: vous guider pour remettre la main sur cette clé qui permet d’ouvrir, de fermer, ou en tout cas, d’avancer. Retrouver la voie de sa propre nature.

A la vôtre!